L'Historie en marche : la trace du vinyle

Fil de navigation

Unicum Music produit un vinyle connecté avec Le Mémorial ACTe pour rendre hommage aux victimes de l’esclavage à travers une expérience interactive, au croisement de plusieurs formes artistiques, de la technologie et d'un lieu.

« L’Histoire en Marche » : le point de départ

L’œuvre du plasticien guadeloupéen Shuck One, exposée dans la collection permanente du Mémorial ACTe en Guadeloupe, a été le point de départ du travail de composition musicale de Maxime Lenik et interprétée par Yorrick Troman. Cette œuvre aborde la question de la Traite transatlantique et de son impact sur la mémoire collective. La marche qu’évoque concrètement et symboliquement l’oeuvre est aussi celle de l’Histoire. Une marche à « double sens ». Avec le recul de deux siècles, l’intention de ce projet plastique est également de mettre en perspective les événements historiques de 1801-1802, sous Napoléon, trop souvent oubliés.

http://www.vivrelibreoumourir.fr/

Le vinyle connecté, une trace de l'Histoire

La musique retranscrit une temporalité sommaire des événements auxquels l’œuvre plastique de Shuck One rend hommage. La partie musicale de l'oeuvre peut s'écouter sur Bandcamp. Unicum Music a proposé de presser des vinyles pour retrouver l'authenticité d'une autre époque tout en y apportant une trace de modernité. De cette trace, vous accéderez aux coulises de l'oeuvre et aux contenus pédagogiques. Il suffit donc de poser son smartphone sur la pochette ou la Face A du disque pour accéder au contenu.

Le vinyle connecté est une innovation technologique développée et brevetée par Revive, une start-up française spécialisée dans le vinyle connecté.

Le mémorial ACTe en Guadeloupe

C’est un site dédié à la mémoire collective de l’esclavage et de la traite, et également un lieu de recherche ayant pour objectif de fédérer toutes les composantes de la population française autour d’un passé commun, de s’engager à poser la question de la liberté, de toutes les libertés et du vivre-ensemble.Cette installation revient sur un épisode de l’Histoire longtemps éludé : la bataille de Joseph Ignace, Louis Delgrès, Solitude et de tous leurs compagnons contre les troupes bonapartistes venues rétablir l’esclavage sur l’île en 1801, et d’où émergea ce cri qui résonne encore « Vivre libre ou mourir !