Fil de navigation

Seyer Les poteaux etaient carresQuand nos lecteurs ont découvert la couverture de ce roman, qui rappellera nombres de souvenirs, bons ou mauvais c’est selon, aux amateurs de ballon rond, une subite question leur est venue naturellement ! Mais qu’est qu’un livre de foot fait dans la sélection de cette rentrée littéraire d’été 2018 ! Sont-ils devenus subitement fous à la médiathèque ?

Que nenni, rassurez-vous ! Mais nous aimons bien avoir, parmi la multitude de romans paraissant à cette occasion, un mouton à 5 pattes, un livre sortant des sentiers battus. Le voici donc ! Et l’éditeur choisi, n’en est pas à sa première expérience, c’est celui du fameux « En attendant Bojangles » !

Nous sommes donc le 12 mai 1976. Une date « que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître » comme le disait notre Grand Charles Aznavour. Sur toile de fond de la plus belle défaite de tous les temps, ce premier roman raconte l’histoire d’un jeune garçon qui vient de voir son environnement familial s’écrouler.
Il reporte alors tout son amour sur une célèbre équipe de football. Il va exprimer ici tout son mal être et à travers ses réflexions, Il va faire un parallèle entre son existence et ce fameux match. Ce récit plein de pudeur, à l’écriture juste, parle du divorce vu du côté de l’enfant. La conclusion de cet ouvrage prend finalement tout son sens avec le titre du livre ; Et si les poteaux avaient été ronds !!!

 Les poteaux étaient carrés / Laurent Seyer - Finitude, 2018

Christian - Médiathèque d'Erdeven

"En pensant à Robert Herbin, décédé récemment, j’ai retrouvé ce coup de cœur de 2018."

https://www.finitude.fr/index.php/livre/les-poteaux-etaient-carres/