bobbie gentrys couvSi Bobbie Gentry’s a été la première à sortir la country de son carcan folklorique pour l’amener vers des horizons plus soul ou plus rock et pop dans les 60’s, elle a surtout été la première femme issue de ce genre musical à prendre complètement sa carrière en main et à décider seule de ses orientations artistiques.

C’est ainsi qu’est né The Delta Sweete en 1967, un album country aux accents de pop psychédélique. Aujourd’hui introuvable, les Mercury Rev nous le revisitent avec un son contemporain et surtout avec une pléïade de chanteuses venues de tous les horizons musicaux : Lucida Williams comme icône country-rock évidemment, et la jeune relève comme Margo Price, mais aussi la jazzsinger Norah Jones ou la folkeuse Beth Orton.

Mercury Rev sont les chantres d’une pop onirique, hallucinatoire et symphonique. Et si leur production a été plus ou moins inspirée depuis 1989, ils ont quand même créé quelques références dans le genre comme Deserter’s songs (1998) ou All is dream (2001). Mais, vous n’entendrez pas la voix aux accents alto du chanteur du groupe. Car il faut rendre hommage à la voix nuancée chaude et soul de Bobbie Gentry ; d’où ce défilé de chanteuses accomplies tout le long de l’album. Bien sûr, les arrangements portent la patte du groupe et sont plus atmosphériques que dans l’original. Et c’est pourquoi certaines voix peuvent officier dans un registre plus discret que leur modèle.

Bobbie Gentry, toujours vivante, s’est retirée du circuit à la fin des années 70. Cet album est un autre moyen de retrouver celle qui composa Ode to Billie Joe (ici chantée par Lucinda Williams), et que Joe Dassin reprit en Marie-Jeanne.

Erwann

Bobbie Gentry’s The Delta Sweete Revisited / Mercury Rev - Bella Union Records, 2019.

Dans notre catalogue