Fil de navigation

fort interieur

D'abord, on écoute. Attentivement.

 

Trois femmes en prison. On ne peut pas filmer leurs visages. On ne voit presque que leurs mains, leurs ombres.

 

Alors l'autoportrait passe par la peinture. Peintures sombres qu'accompagnent leurs paroles. Parole qui se libère en suivant le cours du pinceau.

 

Ainsi, par son dispositif contraint, ce beau documentaire nous plonge dans une trop rare expérience de spectateur attentif, à l'écoute, au service de témoignages forts.

 

Si les corps restent entre quatre murs, les mots ont un besoin impérieux de sortir. A nous, spectateurs, de savoir les recevoir.

 

Clément

 

{vimeo}66231946{/vimeo}

Pour en savoir plus :
un article sur Cinergie.be
une présentation par la Ligue des Droits de l'HommeOPAC Détail de notice