Fil de navigation

Le CNL publie tous les deux ans une étude barométrique « les Français et la lecture »  pour suivre l’évolution des pratiques et des perceptions des Français vis-à-vis du livre et de la lecture, mieux comprendre leurs motivations ou leurs freins à lire des livres et identifier les leviers qui les amènent ou amèneraient vers la lecture.

1- Les Français sont encore nombreux à lire même si l’année 2020, au contexte si particulier, est marquée par une baisse globale de la lecture. Cette baisse de lectorat concerne essentiellement le format papier et la quasi-totalité des genres littéraires,exceptés les livres de reportage d’actualité qui gagnent des lecteurs, notamment chez les 15-24 ans.

2- Pourtant, les Français sont plus nombreux à avoir le sentiment d’avoir lu davantage qu’auparavant. Dans cette année en dents de scie, ils ont probablement eu des pics de lecture loisirs, notamment lors du 1er  confinement,mais leurs lectures dans le cadre du travail ou des études ont progressé, renforçant la cohabitation entre les deux, et provoquant chez certains une mise à distance de la lecture : ils sont, en effet, moins nombreux qu’avant à vouloir lire plus.

3- Des circonstances de lecture moins variées, s’accompagnant d’une concentration sur un moment particulier et d’une restriction des possibilités d’approvisionnement en magasin physique ou en bibliothèque.Si la lecture se fait toujours à domicile, le soir, pour tous elle est moins pratiquée qu’avant à l’extérieur, notamment en mobilité. Parallèlement, le taux d’acheteurs de livres neufs et la fréquentation des bibliothèques baissent, très certainement en écho aux fermetures de relais physiques ou aux contraintes d’accueil liées à la crise sanitaire.

4- Même s’ils lisent et achètent moins de livres, les Français sont très attachés aux librairies et valorisent encore plus fortement la lecture. Ils sont plus nombreux qu’avant à se procurer les livres en librairies et les librairies générales devancent désormais les GSS et GSA. Pour leurs lectures personnelles, l’approfondissement de leurs connaissances reste leur première motivation, mais la détente, en particulier chez les 35-49 ans, et l’évasion, surtout chez les 15-24 ans, se réaffirment plus fortement.

5- Une envie de lectures plus faciles, mais aussi d’échanges et de recommandations en ligne. Le manque de temps, la concurrence d’autres loisirs et d’autres lectures restent les principaux freins à la lecture, tandis que certains leviers d’incitation, auparavant moins mis en avant, se renforcent fortement : des lectures plus faciles, des avis sur internet et des discussions sur les réseaux sociaux.

Certainement en écho aux restrictions liées à la crise sanitaire, sortir avec des amis serait, sans aucun doute, l’activité favorisée par les français dans le cadre de leurs loisirs. pour autant, la lecture se maintient en 2e position !

Lire l'étude complète